du 3 au 8 mars 2008 - Brazil - Florianópolis

5 mars 2008 - 18h30 - à Florianópolis chez Marja

le 3 mars la journée galère type !

Je suis arrivé le 3 mars vers 3h30... autant dire que j'ai trouvé un coin tranquille pour dormir sur mes sacs. Seulement le mot tranquille, la nuit, ici, n'existe pas... parce que les moustiques sont sacrément féroces. Dès la nuit tombée c'est une sacrée mascarade de dormir... Une sacrée.

Le second soir j'ai du prendre pas moins d'une vingtaine de piqures en moins de 3 heures... Bref, les moustiques m'aiment et je les adore. Tant d'affection pour moi...

Conclusion j'ai pas trop dormi et il fallait que j'attende 16/17 heures car Marja, la couchsurfeuse qui m'héberge n'était pas là.

Avec quelques Réais sur moi j'allais pas aller bien loin, j'ai donc échangé des euros, puis je suis allé sur Internet après m'être assoupi devant le superbe lac de Lagoa de Conceiçao.

Et oui, je suis bien obligé de m'occuper parce qu'avec mes deux sacs je ne peux pas aller bien loin à pied.

A 16 heures j'étais devant chez elle mais le succès n'a pas été au rendez-vous et je me suis donc engagé à 18h vers la première auberge de jeunesse du coin à 500 mètres. C'est là qu'une fille en voiture s'est arrêtée sur la route à 200 mètres pour me demander si je n'étais pas Vincent.

On a donc fait demi-tour puisque c'était Marja.

un joli drapeau du Brésil

Ma moustiquaire

J'ai donc pu tester ma moustiquaire après m'être dit que je n'en aurais pas besoin... Car au bout de 3 heures, 20 piqures de moustiques il fallait se rendre à l'évidence que sortir l'artillerie lourde était de mise !

J'ai donc utilisé mon sursac de couchage en Goretex qui possède une moustiquaire intégrée. Très efficace. Le seul souci c'est que mon sac à viande, qui soit disant ne chauffe rien s'il n'est pas intégré dans un duvet, est un petit four pour moi... et oui, je chauffe tellement bien tous les lits... que j'en chauffe l'inchauffable !

Vue sur le continent

Florianópolis - Lagoa de Conceiçao

Florianópolis est une île de l'état de San Catarina. L'île est superbe. Florianópolis est aussi une entité qui possède plusieurs "quartiers" et Marja habite à Lagoa des Conceiçao, une superbe petite ville avec deux jolis lagons... Ca serait vraiment paradisiaque s'il n'y avait pas toutes ces maisons de partout.

Ici, la verdure est luxuriante et le temps bien plus sec qu'à Iguaçu : c'est agréable malgré les 32°C.

Par contre sur les plages, le soleil ne manque pas de chauffer !!!

Lagoa de Conceicao à 6h30 du matin

Les plages...

C'est pour ça que je suis là, après tout !!! Pour les plages et la Samba.

Le fait est que je ne serais jamais venu si les argentins ne m'avaient pas engagé à y aller. Moi et les plages ça fait plutôt 4. Une tous les 6 mois, c'est sympa, après s'est un peu ennuyeux.

Bref, ici, il y a pas moins de 42 plages, des plus bourgeoises, aux plus sauvages comme celle sur laquelle j'ai été mardi. Une très belle plage, où le drapeau du Brésil est bien représenté : Le vert de la forêt, le jaune du sable et le bleu du ciel... et de la mer bien sûr !

Ici comme on me l'avait promis, les filles sont sacrément bien faites, toutes en bikini -je ne savais pas du reste qu'un bikini c'était string en bas- et avec des atouts non négligeables !!! Disons que les fessiers sont rebondis et les fortes poitrines soulignées par des décolletés importables en France... On ne trouve que très peu de filles filiformes.

On parle des filles, je ne sais pas qui attire l'autre, mais les garçons sont tous canons aussi, musclés, pas de bide... le paradis sur terre pour certain(e)s

Au delà de ça, les plages possèdent des sacrées vagues, ce qui permet une pratique du surf mais qui est assez dérangeant pour se baigner... mais bon, on s'amuse avec les vagues, c'est sympa et épuisant.

Le soleil est très fort et j'utilise beaucoup de crème pour pas ressembler à une écrevisse en 30 minutes.

Pas mal de touristes dans le coin : Florianópolis est très très connu.

une plage

Mardi soir

Hier soir il y avait un peu de Samba improvisée, c'était sympa, l'ambiance était amicale et les gens plutôt plaisants.

Peu dansaient, mais ce soir il y a une autre soirée et je pense que l'on pourra enfin voir ce que tout le monde me dit : "Brazil is amazing".

Un oiseau

Aujourd'hui

Je suis allé dans le centre avec Marja. On a été manger un bout en ville, au restaurant (une chaîne, mais ça se fait beaucoup ici), puis je suis allé récupérer de l'argent chez HSBC.

Quelques photos du centre donc...

Lagoa de Conceicao à 6h30 du matin

Lagoa de Conceicao vu de haut

Lagoa de Conceicao vu de haut

un sapin

sur la route

la rue commerçante, rue Schmitt

la rue commerçante, rue Schmitt

l'avenue qui passe devant le centre

un oiseau

Panoramique devant le centre

Un immeuble

Un oiseau

HSBC à Florianopolis

un fourgon

une voiture de police

Vue sur le continent

Une église de Lagoa de Conceiçao

Demain

Demain on va essayer d'aller voir d'autres plages…

8 mars 2008 - 18h30 - Dans le bus vers Buenos Aires

Parlons une peu des Brésiliens, du Brésil

Les brésiliens sont sympathiques mais ont une persévérance à parler portugais jusqu'à ce que l'on comprenne... le portugais ! Seulement je ne suis plus un enfant qui crée 15 millions de connections de neurones à la seconde :o)

Un lézard

Danse

Les brésiliens danseraient la Samba partout je crois. Dans Lagoa de Conceiçao, le soir, il y a des petits groupent qui jouent et chante dans la rue. Au pire cela fait sourire de bonheur les gens qui ne font que les regarder, au mieux, cela les fait danser... Une ambiance très particulière et agréable. Ici, on sait profiter de la vie sans se demander comment l’autre vous regarde.

En discothèque, ce n'est pas tout à fait la même chose : Les filles mettent des talons d'au moins 10 cm sans pour autant savoir les porter... ce qui donne une danse peu agréable puisque qu'elles restent les pieds bien collés au sol.

Une construction près de la plage qui ne va pas rester sauvage longtemps...

En discothèque

Comme dans tous les pays du monde, les garçons portent jean/t-shirt et les filles se font toutes plus belles les unes que les autres. Le plus sexy de mon point de vue, c'est la tunique légère, courte et un peu large qu'elles peuvent porter.

On danse sur des remix ou non, de techno, de RnB, de rock ou bien des remix de musique local.

La plupart des night-clubs ont une manière de te faire payer assez sympathique pour te faire consommer le plus possible. Tu rentres, après la fouille très proche du corps, tu paies l'entrée et on te donne une carte que tu présentes à chaque consommation prise. A la fin de ta soirée, tu paies... En espérant que tu es l'argent sur toi...

Praia santinho

Les rues

Les rues sont soit goudronnées, soit pavées. Les pavées sont en béton !

Praia santinho

Les animaux

On trouve pas mal d'espèces colorées et très jolies. Comme en Argentine, on peut voir aussi des moineaux et des pigeons.

Praia santinho

La télé

Comme en Argentine, il y a des provinces assez grandes (le tiers ou la moitié de la France) qui correspondent en gros à la physionomie du terrain.

Donc les informations sont "locales" avant d'être nationales.

Sinon les programmes sont à peu près les mêmes qu'en Europe dont le classique "Big Brother" (Love Story)

Praia santinho

Au restaurant

Comme je l'ai dit, les restaurants populaires fonctionnent par chaînes ou buffet avec salade, poisson, viande, ris, haricots rouges. Mais si vous souhaitez autre chose vous pouvez prendre des produits de la mer fris pour la plupart, des hamburgers avec maïs et petits pois dedans, ou bien encore d’autres produits fris.

On a du poisson et c'est bien agréable après l'Argentine. Il parait que dans le sud de l'Argentine, on ne mange que de la viande et des pommes de terre. Ca promet.

Praia santinho

Le hamac...

Beaucoup de Brésiliens possèdent un hamac et adorent ça.

Même si leur balcon sont tout petit, une bonne partie de la population a un hamac dessus.

Praia santinho

le 6 mars

Marja m'a déposé sur une plage dans le nord de l'île, après que l'on ai mangé. Elle devait chercher du travail. J'ai donc parcouru cette plage, puis je me suis déporté vers la plage des Anglais qui est très connue.

Ici, on fait un peu de surf aussi, mais il y a moins de vagues.

Quelques dunes permettent aux gens de faire du surf avec des surfs pour neige.

Sur la plage des Anglais, au bout, quelques baraques de pêcheurs.

Dans la rue, dans la ville qui s'appelle Inglès -Anglais-, un clochard. La pauvreté est toujours aussi triste même sous le soleil.

Après je suis rentré en bus, cela a duré à peu près 2h30... entre l'attente et le bus. 20 min pour venir en voiture.

Praia santinho

Surfeurs

Voici la moto d'une surfeuse

Praia santinho

Dans les dunes

Dans les dunes

Une fleur

Des oiseaux de 80 cm de long

un oiseaux

Des oiseaux de 80 cm de long

Dans les dunes

des pêcheurs

les dunes se désagrègent au gré du vent

praia Inglès

maisons de pêcheurs

un surfeur !

Inglès

Inglès

Praia Inglès

un vendeur d'alcool fort sur la plage

les sauveteurs en mer

le 7 mars

Marja avait les parents de sa colocataire le soir même. J'ai donc fait mon sac et essayé de trouvé une auberge de jeunesse dans le coin. Sans succès à Lagoa et Barra de Lagoa. Tout était complet. J'ai donc marché un peu sur la plage de Barra de Lagoa puis j'ai pris le bus et mes pieds pour aller à la plage de Joaquin.

Il y avait une compétition de surf ce jour là... Un endroit où il fallait être !

En gros les filles en bikini venaient ici pour se faire photographier sur la plage... et les photographes n'attendaient que ça... car les vagues n'étaient pas assez fortes pour donner un très beaux spectacle. Le spectacle étaient donc sur la plage.

Je suis un peu passé pour un fou avec mes deux sacs sur la plage où il n'y avaient que de belles filles en bikini et de beaux mecs en train de siffler tout ce qui bougeait.

Barra de Lagoa

Barra de Lagoa

Praia Joaquin

Praia Joaquin

Praia Joaquin

Praia Joaquin

Praia Joaquin

Praia Joaquin

Fin de journée...

Après m'être rechangé sur la plage, j'ai pris mes deux sacs, bu un jus d'ananas et pris un bus pour revenir dans le centre de Florianopolis.

J'avais imaginé, après avoir passé 5 jours à faire plages/soirées/plages/soirées... me rendre à Montevideo. Je suis donc allé au terminal de bus.

Montevideo le lendemain 11h pour 279 Reais : en gros, 108 euros. J'ai donc regardé Buenos Aires avec une compagnie argentine, Buenos Aires le soir même pour 179 Reais... il n'y avait pas photo, je ne savais pour dormir, Vamos à BsAs.

J'essaierais de prendre le bateau pour faire 2 jours à Montevideo dans la semaine, en espérant récupérer cette carte de crédit qui me manque trop.

Inglès

Les filles, les hommes sur notre planète

Partout sur la planète, les filles se font très très belles et les hommes beaucoup moins. Il n'y a pratiquement qu'en France que j'ai vu les hommes hétéros essayer d'être bien habillé.

Aujourd'hui je suis en train de comprendre une chose, c'est que cela respecte exactement les "lois" de la jalousie, ou plutôt ses origines.

Je ne vous ferais pas un cours de psychologie, mais en gros, par instinct, l'homme cherche la meilleure reproductrice (donc jeune et belle) car il peut se reproduire à l’infini. Quant aux femmes qui ne peuvent pas se reproduire autant, elles cherchent à se protéger ainsi que sa progéniture.

On retrouve exactement cela donc, les femmes se font belles pour paraître les meilleures reproductrices et les hommes tentent de les rassurer, pour les appâter. Mécanique naturelle et bien huilée.

Toute cette charmante comédie humaine est donc bien réglée par cette émotion qu'est la jalousie qui s'est développée des millénaires durant dans un seul but : la survie de l'espèce, cf Darwin.

Je sais, certains et certaines me diront qu'il ne s'agit que de mon avis et que je l'expose de manière brut et trop généraliste. D'une part, l'émotion de la jalousie en elle-même, on ne la refera pas, d'autre part c'est un raccourci très vulgaire et trop généraliste mais c'est un peu ça.

Comme je discutais avec Carolina à Rosario, pour sortir du schéma, il suffit d'arrêter de croire que la prochaine fille ou le prochain garçon pourrait être la princesse ou le prince charmant.

Quand aux Brésiliens, ils sifflent à souhait leurs homologues féminines qui apprécient. Apparemment, le son d’un sifflet ne signifie pas que l’on est vue comme une fille facile mais que l’on est simplement appréciée. Ici, pas d’arrière pensée, pas de préjugé : on vit la vie et la drague sans se poser de question. On aime où on n’aime pas. C’est bien humain de pas aimer ou de ne pas être apprécié de tout le monde

Inglès

Sur la route pour l’Argentine

Sur la route, le sud-sud Brésil ressemble étrangement à certains de nos paysages français : des pâturages, des vaches, des arbres, de la verdure et quelques valons. J’aurais vraiment pu me croire dans les Ardennes ou le Morvan. Seules les autruches parfois élevées aux côtés des vaches m’auraient mis la puce à l’oreille.

Inglès

Buenos Aires, premier stop

Je vais arrêter le site pendant une semaine : le temps que je suis à Buenos Aires.

J'en ai un peu marre d'écrire. Alors on va prendre du repos.

Praia Joaquin

Moi

Après 28 heures de bus, ça donne la photo que vous avez au dessus.

site créé et écrit entièrement en code XHTML, CSS, java, javascript et PHP sous notepad++ (license GNU)
tous les navigateurs Internet qui respectent les normes de la W3 y fonctionnent correctement
(seul Internet Explorer n'affichera pas la page correctement (license Microsoft))

mise à jour autant qu'il est nécessaire ;o)

copyright vincent gary 2007-2008 - tous droits réservés