du 8 au 15 février 2008 - San Carlos de Bariloche

10 février 2008 - 2h00 - chez Diana

Inventaire + conseils aux futurs voyageurs

Comme je crois bien m'avoir fait volé mon chargeur de batterie, je vais faire un inventaire ce soir de mes affaires. En même temps je pourrais faire mon sac pour demain afin de dormir à la belle étoile.

Par ailleurs, et sachant que certains d'entre vous vont partir, je laisserai quelques premiers conseils pour ce à quoi on pense le moins (hein Sandra ;o)).

Sur la route entre Mendoza et Bariloche le 8 février 2007

Sécurité

Contre la pluie et le vol : un sursac à dos. Un premier prix suffit.

Contre la pluie et le vol : tout mettre dans des sacs plastiques... et oui, dans un sac plastique cela ne prends pas l'eau et les voleurs ont tendance à prendre ce qui est visible rapidement et pas dans un pauvre sac plastique. J'avais lu cela mais ça s'est avéré vrai pour mon chargeur qui était hors sac plastique et qui était donc accessible et facilement identifiable comme un objet électrique au touché. Les choses dans des sacs plastiques de la même poche n'ont pas été touchés.

La pochette pour les papiers à mettre devant ses parties génitales : en coton. J'étais septique au début car je croyais que ça me gênerait et bien que nenni : c'est très efficace et on la sent que quand on y pense.

Sur la route entre Mendoza et Bariloche le 8 février 2007

Pour boire

Rien de tel que la gourde 30 gr, jointures thermo-soudés, qui ne tiens pas de place (ultra plate) d'un litre pour mettre la pilule qui va bien dedans (Micropure ou Aquatabs car en pharmacie on ne vend que du chlore ce qui ne tue pas les amibes).

Chargeur de Piles

J'ai acheté un chargeur extra avant de partir : chargeur-déchargeur très léger se branche sur prise électrique, prise allume-cigare et sur USB !!! ENIX Energies

A noter que tout se trouve au Vieux Campeur.

Hygiène

Mon savon de base (dur) sert à tout : cheveux, corps, vêtements. Une bonne boite à savon avec cela et le tour est joué.

Le gel nettoyant pour les mains... mais le français peureux y aura pensé naturellement.

Sur la route entre Mendoza et Bariloche le 8 février 2007

Santé

J'ai acheté une pharmacie entière et à l'évidence pour beaucoup de chose je n'aurais du prendre que les formulations. Par contre la boite en plastique dure est d'une efficacité sans pareil.

Vêtements

Pas de laine, pas de coton : trop lourd et trop lent à sécher. J'ai deux jours d'affaire sur moi et ça suffit largement. On lave tout les soirs et même en climat très humide, aucun soucis. Prévoir peut-être un peu plus en chaussettes : les pieds c'est ce qui nous fait avancer all over the world.

Tongs de compétition : je suis avec ça toute la journée et mes pieds aiment. ça coute peut être entre 60 et 90 € mais les 30 km que j'ai du parcourir depuis le début, mes pieds ne les ont pas sentis.

Informatique

Une clef USB avec un peu de capacité (j'ai une 4 Go) avec des applications portables (tapez Portable apps dans Google). Cela permettra d'avoir ses propres applications, marques pages persos, voire ses codes enregistrés sans pour autant emporter son PC avec soi.

Sur la route entre Mendoza et Bariloche le 8 février 2007, au fond, au milieu, Bariloche

Vrac

Des sacs plastiques en plus : ça sert toujours !

Un bouche évier universel : ici on ne bouche pas les éviers, et pour laver ses vêtements c'est la galère.

Des sangles : si vous souhaitez accrocher des choses à votre sac, mais pour tous les jours : vous enroulez vos vêtements qui ne se froissent pas de cette manière et en les sanglants, ils prennent moins de place et vous pouvez les sortir plus facilement du sac.

La serviette de commando SAS anglais (merci Steph') : c'est comme une feuille de plastique, ultra léger, mais terriblement efficace pour s'essuyer et sécher rapidement. 30gr (magasins spécialisés)

Elastiques : une dizaine de gros : pour compresser, attacher... ça sert toujours et c'est très léger.

Les épingles à nourrice : même topo, ça n'a pas de prix tellement c'est utile.

La lampe sans pile (MERCI Badr) : léger efficace, le bon complément d'une frontale de qualité.

Les ciseaux de voyages, pliants : je les ai acheté un peu sans faire exprès au Vieux Campeur, mais il est clair qu'ils servent bien plus que je ne l'imaginais. Je m'en suis déjà servi 3 fois depuis le début.

L'appareil photo

Moi je me suis chargé (2,5 kg) mais ce n'ai rien comparé à mon plaisir de faire de belles photos. Comme disait Guilhain, je devrais peut-être changer de métier. Ce n'était évident ces derniers temps parce qu'il fallait prendre des photos à la japonaise mais demain on va marcher autour des lacs et là... promis je vous ramène des photos de fou :o). Sachez juste que plus c'est petit, mieux c'est. Mais pas trop, il faut l'avoir bien en main. Je pense que les IXUS sont les meilleurs amis des voyageurs.

En conclusion

On m'a bien volé mon chargeur de batterie d'appareil photo. Le remplacer me coutera ici 127 pesos soit 28 €.

Dans mon malheur il y a un peu de chance, mon chargeur de pile était adjacent dans la poche et une perle comme ce chargeur n'est pas simple à retrouver.

10 février 2008 - 21h20 - chez Diana

Sur la route entre Mendoza et Bariloche

On a été contrôlé par les gendarmes qui sont habillés en militaire. Ils sont issus de la dictature. Ils ont contrôlé nos passeports et ont vérifié que les bagages ne contenaient pas de drogue grâce à un labrador.

A côté du barrage de gendarmerie, il y avait des voitures fracassés par des accidents. Je ne sais pas si c'était pour dire aux gens de rester tranquille en voiture, mais c'était très démonstratif. D'autant que quand il y a un accident, les ambulances ne se pressent pas... mais pas du tout !

samedi 9 février

Bibilothèque et musée de la Patagonie sur la place principale appelée Centro Civico

Hier je suis allé faire un tour de San Carlos de Bariloche. Le site est appelé communément Bariloche mais en réalité, la ville en elle-même s'appelle San Carlos de Bariloche.

Le site naturel est exceptionnel et pour couronner le tout, il fait beau. Ici, apparemment, il ne fait pas aussi beau tous les jours mais jusqu'à jeudi cela devrait être un grand beau temps.

Après, je pense retourner à Buenos Aires, comme je vous en ai fait part précédemment.

Mairie sur la place principale

Le musée de la Patagonie

Une salle présente les différents animaux. Je ne connais pas tous les noms en français mais on peut voir des échassiers, des canards, des pumas, des espèces de petits chevreuils sans corne de la taille d'un épagneul breton ("pudu"), des ragondins au fuselage modifié, des vautours, des rapaces, des crustacés un peu particuliers (une araignée dont le corps fait 1 cm et les pattes 8 !)... bref, tout cela a commencé bien évidemment par les pingouins se trouvant en terre de feu.

Une seconde salle présente les Indiens. Ceux-ci défendaient leurs territoires ardemment avant de se faire décimés vers 1880 par les argentins. On trouvait dans les Andes, des populations qui avaient la même physionomie que les peuples amazones et dans l'est de la Patagonie où le terrain est plus aride, des populations qui ressemble étrangement aux indiens d'Amérique. Leur habitat : des yourtes mongols à peu de choses prêt.

Une dernière partie est consacrée aux conquistadors. On peut voir une carte ici, qui a été édité par le Duc d'Orléans.

Office du tourisme sur la place principale

Diana

Après avoir Appelé Diana le matin même, je suis allé à sa rencontre à 3h00. Diana est une femme de 47 ans, inscrite sur Couchsurfing. Une professeur d'anglais, plutôt spirituelle, qui connait très bien le français appris auprès de l'alliance française.

Elle enseigne l'anglais car il y a plus de travail dans cette discipline.

Nous avons pris un pot puis somme allez manger une pizza. La serveuse de la pizza aurait été française c'était pareil : elle avait l'air d'aimer son travail ça faisait peur. Comme Caroline le dit si bien : "je ne viens pas au restaurant pour voir les têtes que j'ai chez moi :o)"

Avant de rentrer dans ce restaurant, une fille m'a regardé avec un air si dépréciatif que j'ai de suite compris le caractère français de ce regard si "amicale". Elle avait dû m'entendre parler avec Diana.

Nous avons discuté de tout et de rien, de la France et de l'Argentine. Nous avons aussi discuté des populations Quechua qui existent encore près de la frontière avec le Paraguay et la Bolivie. Diana me disait l'incroyable pauvreté de ces gens.

D'une manière générale, les argentins ne comprennent pas pourquoi ces populations ne veulent pas vivre comme eux et entrer dans l'économie actuelle. C'est le syndrome de la dépendance à son propre système de pensée : les gens ne comprennent pas que l'on puisse vivre, aimer, aimer la vie autrement que comme ils le font eux-mêmes.

Diana m'a confirmé que dernièrement les professeurs avaient fait grève car il y a eu une inflation de 30% ces derniers mois et les salaires des professeurs ne suivent pas.

Bureau de police sur la place principale

Bariloche

Bariloche est une ville assez paisible à part le samedi soir en centre ville. Beaucoup d'étrangers viennent s'installer ici, d'Europe notamment, tant et si bien qu'il y a un bureau de l'immigration dans cette ville de 95 000 habitants.

Le cadre naturel est magnifique.

D'après mon GPS, on est en latitude -41°08'01,1" et en longitude -71°18'36,1" sur la place principale.

Ici on copie un peu beaucoup les Alpes : des Saint-Bernard pour la photo, centres commerciaux avec des habillages bois, fondues à gogo et le fameux hôtel Chamonix.

Il y a des tas de magasins de chocolats. Je dis bien magasin car il n'y a que des boîtes de chocolats à vendre... pas de choix à ta convenance.

Sur la place principale, Centro Civico, on peut voir des bâtiments administratifs en pierres grises foncées. Un peu comme dans le Snowdown au Pays de Galles (à voir aussi !!!), mais cette fois-ci le bord des pierres n'est pas régulier.

L'église est magnifique mais pas terminée. Les pierres irrégulières apparentes le sont aussi à l'intérieur. Ce qui participe activement au charme de ce monument.

Le soir, un camion décoré en petit train montmartrois passe dans la ville, un Batman (!), y accueille les gens.

Quand on s'évade de ce centre touristique, seules quelques rues sont goudronnées et les autres en terre.

Bariloche est une ville bien plus cher que Mendoza.

A Mendoza, c'était un jeune qui jouait avec un "baton du diable", ici c'est un jongleur qui amuse la galerie au feu rouge pour récupérer quelques pesos. Arrivée dans Paris dans quelques temps je pense.

Pour aller se balader, il y a des bus à 2 pesos pour aller sur les points principaux de balades.

Statue tagguée de Roca

Chez Diana

En fin d'après-midi, Diana m'a proposé de dormir dans un petit studio qui lui appartient dans un quartier en périphérie du centre ville. J'adore y voir les gens vivre. Beaucoup de poussière ici de part la rue, mais plus qu'en Arménie car les rues sur plus larges et les gens roulent comme si Le Mans les attendait.

J'ai donc dormi comme un loir dans ce petit réduit après être retourné en ville pour voir Bariloche de nuit et avoir déballé mon sac.

Centro Civico

Centre commercial

Magasin

Centre commercial

Restaurant la Marmite

Centre commercial

Magasin de chocolat

Avenue Bartolomé Mitre

Restaurant

Une rue

Une autre rue

Une dernière rue

Une 4L

Maison des artisans

L'église

LA vue

aujourd'hui

Je me suis levé à 12H00 pour appelé comme promis Diana. Elle m'a annoncé que pour des raisons personnelles elle ne pouvait m'accompagné au Lac de Gutierrez. Après une bonne douche et après avoir fait ma lessive, je suis donc parti avec le bus 50 pour aller à ce lac. Un très beau lac. L'eau y est claire et les gens prennent plaisir à se baigner le dimanche après midi. J'ai mangé une pizza (elles ressemblent étrangement à des pizzas anglaises genre Pizza Hut) et je suis parti pour une petite balade de 5 km autour du lac et dans la forêt pour aller voir une cascade.

Je souhaitais dormir ce soir près du Lac et m'y réveiller demain matin. Mais, depuis le matin-même, quand Diana m'a dit qu'elle ne pouvait pas venir, une phrase me trottait dans la tête : celle du film "Into the wild" où le protagoniste fini par écrire sur son livre "le bonheur n'est réel que s'il est partagé". Et c'est vrai que pour la première fois, je partais tout seul au milieu de rien. Et j'allais vivre tout seul, comme un gl*** au milieu de cette si belle nature.

Certes, j'ai déjà dormi dehors, seul, mais j’étais avec des amis, ou bien ils étaient à côtés... c'était sans doute un peu de provocation inconsciente dans ce dernier cas. Mais là j'allais être vraiment seul et ça m'emberlificotait un peu.

Le lac Gutierrez

Bref, arrivé à la cascade vers 18h. J'y ai rencontré 4 charmantes et fraîches demoiselles de la région de Buenos Aires qui m'y ont interpellé. Elles passent leurs vacances ici. Comme tout un chacun argentin, elles buvaient et m'ont proposées un maté, puis 2, puis 3, puis j'ai fini par refusé le 4ème... on risquerait de me prendre pour un argentin après ;o) !

Je suis retourné avec elles à Bariloche. Finalement. Un peu dubitatif à l'idée d'une solitude pas spécialement bienvenue.

Le lac Gutierrez

L'une de ces filles dont j'ai perdu le nom comme je fais d'habitude pour toute nouvelle personne que je rencontre :oS, parle un français... presque parfait. Seul l'accent lui rend sa nationalité ! Elle a simplement étudié 12 ans le français... en gros, elle apprend la langue de Georges Moustaki depuis ses 7 ans... et elle, elle l'apprend ! Ce n'est pas comme mes 8 ans d'allemand !

Demain, si je réussi à me lever (merci de ne pas rire), j'irais avec elle faire une balade en vélo dans la forêt des Arrayanes. Apparemment il y a un endroit qui s'appelle comme ça dans le coin.

En tout cas, dans la forêt près du Lac de Gutierrez, les arbres sont d'une taille impressionnante ! au moins 25 mètres de haut. Il y a un calme paisible ici bas.

Le lac Gutierrez

Dans la forêt les arbres sont d'une taille impressionnante

Dans la forêt

Dans la forêt

Une cascade

Deux semaines, premier bilan

La frustration de ne pas parler avec les gens est passé. Avec Couchsurfing ou par un peu de bol, je rencontre des gens curieux qui s'intéressent à l'exotisme que possède le français sympathique (et oui, on a une réputation très mauvaise de la part des gens qui sont venus faire une petit tour en France… on ne s’en étonnait pas avec Eric et Stéphane avant mon départ).

Je suis un peu dégouté d'avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête concernant mes affaires, mais c'est en effet bien réel. Et l'Argentine ne semble pas être le pays qui possède le plus de risques. Ca me saoule un peu, pas que je sois devenu parano et que j'ai peur : c'est un élément du voyage, c'est tout, mais c'est triste. Je sais qu'à un moment cela va arriver. Mais que faire... se rendre parano ? tout le monde n'est pas malveillant et se rendre parano c’est montrer de la peur et se mettre dans la situation d’une proie. J'essaye de prendre soin et pour la suite, on verra bien.

Ma façon de voyager à moi, je n'en démords pas, c'est la voiture + camping sauvage. Oui, je crois que si j'avais quelques notions en mécanique, je m'achèterais un vieux pick-up Ford d'un autre temps comme il en existe partout ici et je trouverais du monde pour aller se balader avec moi par delà les contrées. C'est comme ça que j'aime voyager, comme on le fit avec Chrystèle en Croatie. Balades, paysages superbes, affaires en sécurité dans la voiture, stop pour prendre des gens et discuter avec eux, camping sauvage permanent pour ne pas trop alléger le portefeuille et pour avoir ce bonheur qui est de respirer l'air pur de jour comme de nuit.

Alors peut-être qu'il faudra que je trouve du monde pour tenter cela. La Bolivie, le Pérou et l'Equateur sont assez proches, les paysages superbes, ça vaudrait peut-être le coup. Je vais y réfléchir mais cela me trotte de plus en plus dans la tête.

Dans la forêt

Partir seul dans la nature, c'était un peu une envie, mais je me rends compte que c'est de peu d'intérêt... Echanger avec les arbres et des poissons c'est sympa, mais ça dure pas longtemps sauf quand on est psychopathe. De plus si tu as un vrai souci : de la grosse foulure à la morsure de vipère, c'est tout de même mieux d'être accompagné.

Un dernier petit mot à propos de Couchsurfing. C'est très rassurant ce site, car toute personne que je rencontre par ce biais possède une ouverture d'esprit importante et une chaleur à offrir : je pense à Fernando de Buenos Aires et à Diana ici. En sachant que j'ai sur ma route 3 prochaines rencontres sûr par ce biais dont 2 au Chili.

11 février 2008 - 13h30 - chez Diana

Crevé

Aujourd'hui je suis crevé. Hier, on est allé avec les filles à la Ville qui s'appelle Villa La Angostura (Lat -40°45'39,8" Lon -71°38'53,2"). Sur la route des paysages toujours aussi magnifique... c'est vraiment très impressionant. Je crois que je n'ai jamais vu des paysages de moyenne montagne aussi magnifique. Pas une maison dans la alentour, juste la nature, la nature, la nature, la beauté, la beauté, la beauté...

Pour le coup maintenant, je vous met en lien sur les panoramas les photos en plus grand : ça vaut le coup d'être vu. Je pourrais faire des centaines de panorama ici !

Un lac sur la presqu'île

On a loué des vélos là-bas pour 40 pesos la journée et on est allé faire la balade du parc des Arrayanes. La balade c'est 24 km des plus accidentés. J'ai bien souffert :o) mais c'est de la bonne fatigue.

Ce parc est un parc national. Les Arrayanes sont des arbres au bois roux, très jolis et absoluement originaux. Il y en a toute une forêt au bout de cette presqu'île.

C'était une journée très agréable où j'en ai pris encore pleins les yeux. Bariloche est vraiment un site magnifique. Tous les argentins m'en parlaient mais ils avaient sacrément raison !

Comme j'allais faire du VTT, j'ai pris mon petit appareil photo. Je crois que mon objectif grand angle s'est pris un coup et me prend les photos avec une erreur d'angle de 0,5 °... :oS Je ne sais pas vraiment comment mais c'est dommage.

Melina qui parle en français excellent

Camila, Maria et Pudé

paysage

vue sur le lac Nahuel Huapi

Forêt d'arrayanes

Forêt d'arrayanes

Forêt d'arrayanes

Maison de la Villa La Angostura

vue sur le lac Nahuel Huapi

Maison de la Villa La Angostura

Aujoud'hui ?

REPOS :o)

Je vais aller voir Diana en ville.

14 février 2008 - 2h20 - chez Diana

LA JOIE

Après une bonne journée de repos où je me suis bien reposé et restauré en compagnie de Diana, je suis allé hier faire le "chico" tour.

En gros, c'est un tour de différents points de vues proposé par différents tours opérateurs du coin pour une trentaine de pesos.

Sur la route

Le tour fait en gros 30 km et est à 30 km au nord ouest de Bariloche.

Comme il va faire mauvais aujourd'hui, hier je me suis levé avec le soleil, j'ai pris le bus public pour aller le faire par moi-même : la joie.

Je me suis mis en tout 22 km dans les jambes et j'ai pu photographier à volonté tous les points de vue étant donné que je n'étais pas pris par le temps... La joie. J'adore.

Sur le chemin menant à la plage de Villa Tacul

J'ai suivi de prêt ou de loin la route pour être sûr de pouvoir avoir être secouru en cas de soucis.

Il en ressort 304 photos... je me suis lâché.

De plus je suis très content parce que ce soir j'ai réussi à produire des panoramas en me rapprochant de la perfection, c'est à dire en arrivant presque à ce que l'on ne voit pas de différence entre les différentes photos collées les unes contre les autres. La perfection dans cet exercice c'est un certain Arnaud Frich qui possède un site internet sur lequel il y a ses œuvres... elles sont tellement magnifiques !!! c'est ici : http://www.arnaudfrichphoto.com/. Rien que pour le plaisir des yeux, allez voir, ça laisse sans voix.

Bref, je suis très content d'avoir été me balader de la sorte. Finalement, dimanche je crois que j'avais plus un coup de blues qu'autre chose et que je n'avais pas envie de dormir seul sur cette plage, simplement. Ca m'apprendra à parler trop vite :o). Par ailleurs, je ne pourrais pas passer une semaine comme je viens de le faire.

Vue de Puerto Panuelo sur la lac Nahuel Huapi

Je vous ai encore mis les panoramas en plus grand si vous cliquez sur ceux-ci. Faites-le ! Celui de Punto Panoramico, le site plus joli de Bariloche est vraiment impressionnant.

Le Dakar 2009 devrait passer juste de l'autre côté du lac à Villa La Angostura, à côté de là où j'ai été faire du vélo lundi. C'est heureux pour l'Argentine, car c'est vraiment un pays à voir que l’on ne connais vu des contrées européennes.

Autant l'Arménie, pour celui qui aime les paysages et les églises, doit y aller, autant pour l'amoureux des très beaux paysages, l'Argentine est à ne pas être laissé de côté.

Je réitère, ici, c'est le plus beau paysage de moyenne montagne que j'ai jamais vu .

Une maison dans la baie de Puerto Panuelo

Un oiseau sur un green de golf

Un hôtel de Puerto Panuelo

Une maison typique du coin

maisons "typiques" de Bariloche

Les maisons "typiques" de Bariloche ont des soubassements en pierre et des structures bois. Toutefois c'est bien souvent un parement sur du béton plus qu'une structure.

J'ai mis typique entre guillemet puisque Bariloche existe en gros depuis qu'il n'y a plus un indien dans le coin, c'est à dire fin 19ème siècle.

Ici tout est fait pour qu'il y ait du charme, mais cela n'a absolument rien d'authentique.

des fleurs sur le bord de la route

sur la route

une maison

la superbe plage de Villa Tacul

sur la route

Haie de bambous

Stupéfiant !

Dans les bois une chose stupéfiante : au pied des sapins : du bambou en pagaille. Sur les deux photos au dessus, vous pouvez voir que l'on passe à travers de belles haies de bambou... mais au dessus il y a des sapins ou des pins hauts de 25-30 m !!!

Un pin

le Lago Escondito

Lago Escondito

Sur la route

Passage de Bahia Lopez

Passage de Bahia Lopez

Passage de Bahia Lopez

Vue sur le Lago Moreno Oeste

Détail

Sur la route

Sur la route

Une plage sur le lago Moreno

le Lago Moreno

le Lago Moreno

L'Arroyo Lopez

Sur la route

le Lago Moreno

nature

les bourdons dans la lavande, mais aucune abeille ici !!!

un bourdon

un champ de Lavande

le Lago Moreno

le Lago Moreno

le Lago Moreno

Le Lago P. Moreno

Moreno était un explorateur Argentin. Il a notamment parcouru la Patagonie et y a ramener des informations précieuses, notamment sur la faune et la flore.

Les 4 photos du dessus et les deux d'en dessous ont été prises du point de vue le plus jolie de la région, simplement le Punto Panoramico.

C'est simplement époustouflant, grandiose...

le Lago Moreno

le Lago Moreno

le Lago Moreno

le vent est tel que les sapins ne poussent que d'un côté

Vent

Le vent est tel que les sapins ne poussent que d'un côté.

Une maison

Les propriétaires de la maison ont taillé la forêt pour avoir une belle vue...

Je ne sais pas comment ce nomme ce sapin, mais j'adore cette variété

Bariloche

A Bariloche, le Bus coute 1,30 pesos. Le plus cher pour l'instant. Il y a tellement de poussière quand on sort du centre ville que les sièges des bus sont recouverts d'une pellicule plastique pour mieux les nettoyer. Taxis mettent des housses en plastique pour les même raisons (taxis = 15 pesos pour traverser cette ville de 95 000 habitants).

Les argentins, les argentines

D'une manière générale, les argentins peuvent être de type espagnol, moins italien mais un peu, ou bien vraiment typé américain du sud : peau très mate, yeux en olive, le visage rond. Après cela tiens beaucoup du melting-pot.

Personne n'est super ultra fashion ici. Les filles n'en font jamais trop (habillement/maquillage) et les hommes n'ont pas une manière spécifique de se faire beau. Chacun sa manière ici.

Personnellement, les argentins ne me plaisent pas. Je trouve qu'en France d'une manière générale les hommes sont bien plus agréables à regarder qu'ici. Du reste c'est ce que je pense de l'Europe de l'est, de l'Arménie... Il n'y a guère que certains espagnols et les nordiques que je trouve plus agréable à regarder. C'est une question de goût. L'argentin fashion a les cheveux courts devant et long derrière. Il porte des vêtements qui se portent régulièrement en Europe. Malheureusement les gens n'ont pas assez d'argent et la plupart portent des affaires à l'image des voitures : vétustes (ce qui ne veux pas dire troués, mytheux etc...).

Pour les filles et bien je dirais que dans l'ensemble on n’est pas dans le même style. Néanmoins certaines ont un sacré charme. Mais d'une manière générale, je ne craque pas non plus. Toutefois, étant plus attiré par les filles, forcément, je suis tout de même plus sensible à leurs charmes. Mais pour le coup, je ne suis pas que rarement épaté. Enfin, les filles ici ne sont pas filiformes, elles n'essayent pas d'être aussi anorexiques que les présentatrices TV comme en France. Elles n'en font pas trop.

Sur les plages, les filles ne quittent pas le haut, et les hommes ne se sont pas bronzer les fesses comme j'ai pu le voir en Croatie !

Un abribus

Cette nuit

C'est le calme plat au niveau population. Jusqu'à maintenant les chiens et les voitures animaient régulièrement là nuit. Mais cette nuit c'est la tempête venue du Chilie alors tout le monde fait moins le malin :o).

Demain : repos

Demain je serais au repos. Je vais peut être aider Diana à faire des cartons pour son futur déménagement et faire un plat que je connais aux filles que j'ai rencontré dimanche, comme j'ai pu le faire hier soir à Diana.

17 février 2008 - 9h30 - chez Kishni a Buenos Aires

Pauvreté a Bariloche

A quelques pâtés de maisons du centre, on peut voir la pauvreté dans certains quartiers de Bariloche. Certaines personnes voire familles vivent dans des maisons en bois de 10 m² maximum sur des terrains qui font 100 m². J'ai bien dit maison car elles sont réalisées comme une maison et non comme un abri de bidonville.

Je ne doute pas par ailleurs que comme tout un chacun ils se débrouillent pour avoir tout le nécessaire (eau, gaz, électricité) dans leur réduit.

Je n'ai pas eu le culot, le courage, l'audace (?) de prendre en photo ces quartiers. Je n'ai pas encore l'âme du journaliste qui shoote pour montrer en ayant la conscience tranquille face à cette pauvreté car il fait son travail.

Le jour où je trouverai la structure adequat je pense que j'aiderai des gens comme cela sur ma route quelques temps.

Bariloche : fin

Les derniers moments à Bariloche ont été calmes et tranquilles. J'ai le temps pour la première fois de ma vie. C'est un luxe et je le prends bien volontiers.

J'ai pris un billet pour revenir sur Buenos Aires afin de récupérer ma carte de crédit que la HSBC ne m'a pas encore envoyé. Je leur ai envoyé un fax et j'attends avec impatience leur réponse.

Devant chez Diana

Devant chez Diana

Devant chez Diana, un camion

La vue opposée devant chez Diana

Le départ

Diana m'a offert et porte clef de Bariloche avec un joli sourire comme la mère de Celeste m'avait offert un pot de confiture.

Les échanges ont été forts avant que je parte, Diana est vraiment charmante. C'est génial de pouvoir rencontrer de gens comme ça sur sa route.

Diana

OVH

Je viens de recevoir un mail de la société qui héberge mon site Internet. Je dépasse les 1,6 gigas de trafic ce mois-ci. En gros, cela veut dire que vous venez trop dessus par rapport à ce que j'avais prévu et que les photos sont trop lourdes.

Je vais donc revoir tout cela à la hausse avant que le site ne soit coupé !

site créé et écrit entièrement en code XHTML, CSS, java, javascript et PHP sous notepad++ (license GNU)
tous les navigateurs Internet qui respectent les normes de la W3 y fonctionnent correctement
(seul Internet Explorer n'affichera pas la page correctement (license Microsoft))

mise à jour autant qu'il est nécessaire ;o)

copyright vincent gary 2007-2008 - tous droits réservés